Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dailynuts-news
  • Dailynuts-news
  • : Presse libre et alternative.
  • Contact

Nuts

  • dailynuts-news
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. 
L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.

Recherche

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 20:27

Un forage de gaz de schiste responsable de secousses sismiques en Angleterre

 

 

 

Un forage de gaz de schiste responsable de secousses sismiques en Angleterre

gas-rig-036.jpgIl est « hautement probable » que des tests de forage de gaz de schiste aient déclenché des secousses sismiques au début de l'année dans le nord-ouest de l'Angleterre, selon un rapport dont les médias britanniques rendent compte ce matin.

Une faible secousse, d'une magnitude de 2,3 sur l'échelle de Richter, a été enregistrée le 1er avril autour d'un site de forage proche de la ville côtière de Blackpool. Le 27 mai, une seconde secousse d'une magnitude de 1,4 a poussé des élus locaux et des militants écologistes à mettre en cause la technique de fracturation hydraulique utilisée sur place. Ce matin, à l'annonce de la publication de ce rapport, des manifestants ont une nouvelle fois bloqué le site d'extraction exploité par la société Caudrilla, rapporte leGuardian.

La compagnie Caudrilla tente d'édulcorer les résultats du rapport. Elle insiste sur le fait que, d'après ses auteurs, la combinaison de facteurs géologiques présents sur ce site de forage est « rare », et que si ces facteurs « devaient se retrouver à nouveau réunis dans l'avenir, la géologie locale limiterait les événements sismiques à une magnitude située autour de 3 sur l'échelle de Richter, dans le pire des cas ».

En Grande-Bretagne, les débuts des gaz de schiste (déjà responsables de graves dommages écologiques et sanitaires aux Etats-Unis) sont l'objet d'une vive polémique. Contrairement au gouvernement français, le gouvernement de David Cameron n'a pas renoncé à défendre leur développement, selon des règles environnementales qui peuvent être jugées laxistes.

A l'image du Daily Telegraph, les médias conservateurs condamnent au contraire l'obscurantisme supposé des écologistes à l'égard de la« planche de salut » que représenteraient les réserves britanniques de gaz de schiste, face aux hausses futures des prix du gaz naturel promises par l'industrie.

De telles hausses des prix paraissent très vraisemblables, tant la dépendance des pays de l'Union européenne s'accroît à mesure que leur production s'effondre (- 25 % en dix ans, selon BP) :

[oil man] Gaz de schiste : l’Europe peut-elle faire sans ?

On comprend que Londres soit particulièrement préoccupée par la fronde contre les gaz de schiste. Les extractions des champs britanniques de gaz naturel ont chuté d'un quart en seulement un an en mer du Nord, principale zone de production en Europe, partagée notamment avec la Norvège.

Des manisfestants bloquent le site de forage de la compagnie Caudrilla, près de Blackpool, le 2 novembre. [Peter Byrne/PA]

 

Source:lemonde.fr

Repost 0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 12:48

Rapport accablant de l'ONU: les désastres climatiques vont s'intensifier

 

thailande_inondations.jpgSécheresse, inondations, cyclones et incendies: les désastres climatiques sont devenus à la fois plus fréquents et plus intenses sous l'effet du réchauffement provoqué par les activités humaines, et la tendance risque de s'aggraver, avertit un rapport de l'ONU sur le climat.

 

Selon un rapport des Nations Unies, les désastres climatiques sont devenus à la fois plus fréquents et plus intenses sous l'effet du réchauffement climatique. Certes, l'impact du réchauffement sur de tels événements dépend de leur nature et de leur répartition, très inégale, entre les différentes régions du monde. Et le niveau de confiance des prévisions formulées par les spécialistes varie selon la quantité et la qualité des données disponibles.

 

Plus marqués et plus fréquents dans l'avenir

Mais les centaines de scientifiques ayant rédigé ce rapport pour le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) sont formels: les événements climatiques extrêmes seront globalement plus marqués et plus fréquents dans les décennies à venir, entraînant des dangers accrus pour la plupart des habitants de notre planète.
 
"C'est le plus gros effort jamais entrepris pour évaluer la façon dont les extrêmes sont en train de changer", assure Neville Nicholls, professeur à l'Université Monash de Melbourne et coordinateur d'un des chapitres de ce rapport d'étape, qui peut encore être révisé par l'ONU lors d'une réunion à Kampala, avant sa publication, programmée le 18 novembre.
 

 

De nombreuses interrogations et inquiétudes

Une publication qui coïncide avec une série de catastrophes naturelles dévastatrices suscitant de nombreuses interrogations et inquiétudes.
En 2010, des températures record ont favorisé les incendies qui ont ravagé les forêts de Sibérie tandis que le Pakistan et l'Inde subissaient des inondations sans précédent. Cette année, les Etats-Unis ont enregistré à leur tour un nombre record de désastres, depuis les crues du Mississippi et du Missouri jusqu'à l'ouragan Irene, en passant par la sécheresse terrible qui touche actuellement le Texas. En Chine, des régions entières subissent également des sécheresses intenses tandis que dans le même temps, des pluies diluviennes ravagent l'Amérique centrale et la Thaïlande.
 


 
Aberrations météorologiques ou réchauffement climatique ?


S'agit-il seulement d'aberrations météorologiques momentanées ou plutôt des conséquences, profondes et durables, du réchauffement climatique? La plupart de ces événements correspondent en tous cas étroitement aux conséquences du réchauffement climatique induit par les activités humaines telles qu'elles ont été prédites par les scientifiques: hausse des températures, de la teneur en eau de l'atmosphère et de la température à la surface des océans. Autant de facteurs propices à des événements météorologiques extrêmes.
 
Selon le rapport, qui s'appuie sur des centaines d'études publiées ces dernières années, il est "pratiquement certain", à 99% ou 100%, que la fréquence et la magnitude des records de chaleur quotidiens va augmenter à l'échelle de la planète au cours du 21e siècle. Il est aussi "très probable" (90% à 100%) que la durée, la fréquence et/ou l'intensité des vagues de chaleur et des canicules continueront à augmenter dans la plupart des régions. Les pics de température vont "probablement" (66% à 100% de certitude) augmenter par rapport à la fin du 20e siècle, jusqu'à 3°C d'ici 2050 et jusqu'à 5°C d'ici 2100.

 

Des précipitations plus intenses, des cyclones plus destructeurs 

De nombreuses zones, particulièrement les tropiques et les latitudes élevées, expérimenteront probablement des chutes de pluie et de neige plus intenses. Parallèlement les sécheresses vont s'aggraver en d'autres points du globe, notamment en Méditerranée, en Europe centrale, en Amérique du Nord, dans le nord-est du Brésil et en Afrique australe.
 
La hausse du niveau des mers et de leur température va aussi vraisemblablement rendre les cyclones plus destructeurs, tandis que la fonte des glaciers et du permafrost, alliée à des précipitations plus importantes, risque de déclencher davantage de glissements de terrain, explique le GIEC.

 

Source: rtl.be

Repost 0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 07:55

Japon: craintes de nouvelle fusion à la centrale de Fukushima

 

fukushima.JPGCATASTROPHE NUCLÉAIRE | Une nouvelle mesure de réparation de la centrale atomique accidentée de Fukushima vise à éviter mercredi que le combustible entre en fusion. Le porte-parole de Tepco veut nuancer la gravité de la situation.

 

L’opérateur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima a annoncé mercredi qu’il avait commencé à injecter un mélange d’eau et d’acide borique dans un des réacteurs. Le combustible pourrait y être entré en fusion.

«Nous ne pouvons pas écarter la possibilité d’une fusion localisée», a déclaré le porte-parole de Tepco, Hiroki Kawamata, ajoutant que l’injection de ces produits était une mesure de précaution. Tokyo Electric Power (Tepco) a précisé qu’il s’agissait du réacteur nð2 de la centrale Fukushima Daiichi, gravement endommagée par un séisme et un tsunami géant le 11 mars.

Tepco affirme toutefois que la température et la pression à l’intérieur du réacteur, ainsi que le niveau des radiations, n’avaient pas grandement changé.

Trois des six réacteurs de Fukushima Daiichi ont été endommagés, de même que la piscine du quatrième, après la rupture de leur alimentation électrique et l’arrêt de leur système de refroidissement, accidents provoqués par le séisme et le tsunami du 11 mars.

 

Source: la tribune de Genève

Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 13:55

Séisme de magnitude 6,5 dans le Pacifique au large du Mexique

Un séisme de magnitude 6,5 sur l'échelle du moment (mW) s'est produit mardi dans l'océan Pacifique, au large des côtes mexicaines, a indiqué le Centre américain de géophysique (USGS). L'épicentre du séisme se trouvait à 325 km au sud-est de la pointe méridionale de la péninsule de Basse-Californie, à 10 km de profondeur. Le Centre d'alerte aux raz de marée pour le Pacifique n'a fait état d'aucun risque de tsunami destructeur pour la région.

pacific.TIBPAC.2011.11.01.1241 map
Tsunami Information Earthquake Information
Message Time: 01 Nov 2011 12:41 UTC
Message Num: 1
Message Text: click to read
Message Type: Tsunami Information Bulletin
Warning: none
Watch: none
ETAs / Obs: none
  Preliminary (PTWC) Official (USGS)
Origin Time: 01 Nov 2011 12:32 UTC 01 Nov 2011 12:41 UTC
Magnitude: 6.5 Mwp
(reviewed by PTWC)
6.5
Latitude: 20° N 20° N
Longitude: 109.2° W 109.2° W
Depth: 10 km (6.2 mi) -10000 km (-6213.7 mi)
Location: Revilla Gigedo Islands Region
More Info.: search the USGS NEIC catalog
Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 12:23

Un mort à la centrale nucléaire de la Hague

La--hague.jpg

Un patron sous-traitant de l'usine de retraitement de déchets nucléaires de La Hague (Manche) est décédé des circonstances inexpliquées, vendredi, alors qu'il travaillait dans un atelier de maintenance sur le site. | Philippe Desmazes

L’homme, âgé d’une cinquantaine d’années, a été retrouvé par les équipes de l’après-midi, inanimé, allongé sur le sol dans l’atelier de maintenance des emballages de transport, où il travaillait seul. Malgré les soins prodigués sur place, il est décédé «aux alentours de 14H35», selon la direction qui a fait part de sa «profonde tristesse».

Areva assure que l’atelier où il travaillait ne nécessitait pas de porter d’équipement spécifique. Le sous-traitant effectuait une opération classique de maintenance et la direction affirme que «les circonstances exactes du décès restent pour le moment inconnues».

Selon Daniel Checiak, élu CGT au CHSCT du site, qui s’est réuni en session extraordinaire vendredi après-midi, «l’homme serait décédé d’une asphyxie après avoir inhalé de l’hélium dans son masque respiratoire». Une thèse surprenante car une opération particulière est nécessaire pour brancher l’embout du masque respiratoire sur la vanne d’hélium. Néanmoins, le responsable syndical admet que les «causes exactes de sa mort restent confuses». La victime était en effet considérée comme un «expert» au niveau national en matière d’étanchéité, et notamment de gaz. Ancien salarié de l’usine de La Hague, il avait monté sa propre société, AIT (Assistance inspection technique), dans les années 1990 et s’était spécialisé dans l’étanchéité.

Comme pour tout accident de ce type, gendarmes et parquet se sont rendus sur les lieux, dont l’accès a été bouclé, a souligné Daniel Checiak. Les salariés du site seraient profondément marqué par le décès de cet homme, connu et apprécié depuis longtemps dans l’usine. La direction a annoncé qu’une cellule de soutien psychologique va être mise en place pour ses collègues.

 

Source: L'éveil2011

Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 11:15

Le Volcan Hudson au chili va exploser

 

mount-hudson-volcano

Selon le dernier rapport officiel du Directeur du Bureau national des Emrgencia (ONEMI), Vicente Núñez, 115 personnes ont été évacuées du périmètre de 45 km de rayon autour du volcan Hudson , qui continue à émaner des gaz toxiques.

En outre, le fonctionnaire a déclaré que même trois personnes restent sans vouloir partir, mais «maintenir le contact radio", at-il dit.

Bien sûr, Nunez a dit, "Nous nous attendons à demain (jeudi) de continuer à travailler avec les autorités et avec les gens d'arrêter là où ils sont en danger."

Erupt le massif, qui restent dans le déni de leurs maisons, seront expulsés par la police.

Dans les dernières heures ont été enregistrés environ 700 tremblements de terre de faible intensité (entre 2,5 et 3 degrés) comme indiqué dans les instruments, la plupart d'entre eux ont été imperceptible pour les habitants de la région.

De plus, Nunez a dit qu'il a détecté une fissure d'environ un kilomètre dans la masse du volcan.

Le Hudson restera surveillé Hudson est l'un des volcans plus actif dans le sud du Chili avec sa dernière éruption en 1991 à venir - et il était un des plus importants du 20ème siècle. L'activité 1991 a été une VEI 5 pour événement explosif de la caldeira principale qui a envoyé des cendres sur l'Argentine et les cendres notable d'aussi loin que les îles Falkland, à 1000 km du volcan. Le volcan est recouvert de glace, de sorte jökulhlaups multiples et des coulées de boue ont été produites lors de l'éruption ainsi. Cette éruption a produit un panache de dioxyde de soufre qui ont recouvert la majeure partie de l' hémisphère Sud 

http://www.lanacion.cl/3-personas-se-negaron-a-evacuar-zonas-aledanas-al-volcan-hudson/noticias/2011-10-26/225737.html

 

Posté par rusty james à 15:57 
Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 16:00

 

Exercice d’alerte au tsunami PTWS à l’échelle du Pacifique « PacWave11 » le  9 et 10 novembre 2011 (confidentiel)

sortez-le-surf--le-leash--et-zouuuu.gif

 

Lettre circulaire de la COI n° 2390                                                               IOC/WW/BA/SS
(Disponible en anglais, espagnol et français)                                                  Le 13 mai  2011  

À             :  Points focaux pour l’alerte aux tsunamis (TWFP) et contacts nationaux 
pour les tsunamis (TNC) du GIC/PTWS 
Présidence et vice-présidence du GIC/PTWS  

cc      :    Organisme national officiel de coordination chargé de la liaison avec les États membres de la COI
Missions des délégués permanents/observateurs des États membres auprès de l’UNESCO
Directeurs de bureaux régionaux de l’UNESCO et de la COI dans la région Asie-Pacifique
Organisations régionales coopérant avec l’UNESCO/COI : SOPAC, CPPS

Objet :   Exercice d’alerte au tsunami PTWS à l’échelle du Pacifique « PacWave11 », 
9 et 10 novembre 2011

À la vingt-troisième session du Groupe intergouvernemental de coordination du Système d’alerte aux tsunamis et de mitigation dans le Pacifique (ICG/PTWS-XXIII) tenue du 16 au 18 février 2009 à Apia (Samoa), les États membres ont examiné l’exercice Pacific Wave 2008, notamment ses conclusions et ses recommandations. Sachant que les tremblements de terre d’une certaine magnitude surviennent couramment dans le Pacifique Sud-Ouest, avec le risque de tsunami qu’ils peuvent générer, et reconnaissant que les exercices constituent un bon moyen d’améliorer l’état de préparation en vue d’une réponse éventuelle, et de donner une plus grande visibilité à la sensibilisation à ce danger, les États membres ont recommandé un troisième exercice d’alerte au tsunami à l’échelle du Pacifique destiné à aider tout particulièrement les pays insulaires du Pacifique à mieux se préparer pour affronter le prochain tsunami (pièce jointe I).

Le 29 septembre 2009, un peu plus de six mois à peine après ICG/PTWS-XXIII, le Samoa, les Samoa américaines et les Tonga ont été touchés par le tsunami le plus meurtrier depuis celui qui avait frappé Sissano (Papouasie-Nouvelle-Guinée) en 1998. Le bilan local était de 192 morts. Cinq mois plus tard, le tsunami chilien du 27 février 2010 entraînait la perte de 124 vies humaines. Et une année après, le 11 mars 2011, le Pacifique et le monde ont vu le tsunami japonais dévaster le littoral de l’île de Honshu en une trentaine de minutes faisant des dizaines de milliers de victimes.

Les trois tsunamis destructeurs qui sont survenus pendant l’intersession dans trois sous-régions éloignées du Pacifique rappellent à tous, avec une froide éloquence, que chaque pays doit se tenir prêt. Cela est particulièrement vrai pour nous, dans le Pacifique, où les tsunamis sont les plus fréquents et où les tsunamis locaux font sentir leur impact en l’espace de minutes.

L’exercice Pacific Wave 2011 (PacWave11, pièce jointe II) sera une activité importante de planification préalable et de préparation, et nous sommes convaincus que vous, comme les autorités de votre pays, le soutiendrez. La présente lettre vise à vous mettre au courant de l’exercice prévu

Objet et objectifs de l’exercice

PacWave11 a pour objet d’améliorer la capacité d’alerte et de réponse aux tsunamis de source locale et régionale dans le Pacifique. Outre un certain nombre de sous-objectifs, il poursuit deux principaux objectifs (pièce jointe II) :

1.       valider la compréhension et l’utilisation de nouveaux produits expérimentaux du PTWS ;

2.       valider l’état de préparation des États membres face à un tsunami de source locale/régionale.

Produits expérimentaux

Donnant suite à la recommandation ICG/PTWS-XXIII.1, Équipe spéciale sur l’amélioration des produits d’alerte aux tsunamis, le PTWC a proposé de nouveaux produits en s’appuyant sur ses capacités améliorées, à savoir sa vitesse de réponse et son aptitude croissante à faire des prévisions d’impact. Les nouveaux produits seront mis en œuvre pendant la durée d’une phase expérimentale qui commencera avec PacWave11 et, ensuite, à titre opérationnel, en 2013 (pièce jointe II). Cinq niveaux de menace de tsunami seront établis, et des produits complémentaires émis. Les améliorations fourniront une orientation générale quant au niveau de l’impact, et l’on s’attend qu’elles réduiront considérablement le nombre de zones faisant inutilement l’objet d’une alerte.

Date et déroulement de l’exercice à scénarios multiples

L’exercice Pacific Wave 2011 (PacWave11) aura lieu les 9 et 10 novembre 2011. Il était initialement prévu pour 2010, mais on l’a différé afin d’évaluer et de déterminer ses buts et objectifs dans le sillage du tsunami chilien de 2010.

PacWave11 simulera les pays du Pacifique qui sont positionnés dans une situation d’alerte au tsunami et exigera des États membres qu’ils prennent les décisions et engagent les actions jusqu’au stade précédant immédiatement l’annonce à la population. Il n’est pas nécessaire de poursuivre l’exercice jusqu’au niveau de la population. L’exercice peut se dérouler en temps réel pendant la période indiquée par les dates ou les jours qui suivront.

PacWave11 mettra en jeu des scénarios multiples pour donner aux États membres la possibilité de choisir un événement de source régionale/locale. Les scénarios de l’exercice s’établissent comme suit :


§    Kamchatka (fosse des Kouriles-Kamchatka)

§    Îles Ryukyu (fosse de Nansei-Shoto)

§    Philippines – mer de Chine méridionale (fosse de Manille)

§    Philippines – océan Pacifique (fosse des Philippines)

§    Vanuatu (fosse des Nouvelles- Hébrides)

§    Nord du Chili (fosse du Pérou-Chili)

§    Équateur (fosse de Colombie- Équateur)

§    Amérique centrale (fosse d’Amérique centrale)

§    Iles Aléoutiennes (fosse des Aléoutiennes

 

Un Manuel de l’exercice PacWave11 sera diffusé en août. Il contiendra des détails complémentaires concernant les scénarios ainsi que le texte de messages fictifs de démarrage de l’exercice émis par le PTWC, le WC/ATWC et le NWPTAC, les « Exercise Start Messages » , et donnera des indications sur la manière dont les pays participants devraient accéder aux messages ultérieurs.

« Comment planifier, mener et évaluer les exercices d’alerte au tsunami » 
- lignes directrices » (« How to Plan, Conduct and Evaluate Tsunami Exercises Guideline »), vade-mecum disponible en juillet

Il appartient à chaque pays de décider et de concevoir son propre exercice national, lequel commence à la réception de l’« Exercise Start Message » initial émis par les centres internationaux d’alerte. Un vade-mecum intitulé « How to Plan, Conduct and Evaluate Pacific Wave Exercises Guideline » (« Comment planifier, mener et évaluer les exercices Pacific Wave - lignes directrices ») est en cours d’élaboration. Il sera diffusé au début de juillet afin d’apporter aux pays une aide supplémentaire dans l’élaboration et la conception de l’exercice au niveau national et/ou provincial.

Désignation du Contact national pour PacWave11

Les États membres sont fortement encouragés à participer. Afin de garantir que l’engagement des pays participants soit entièrement coordonné, nous sollicitons de votre part la désignation du Contact national pour PacWave11, personne avec laquelle nous communiquerons au sujet de la planification de l’exercice. On s’attend que le Contact national pour PacWave11 désigné confirmera l’exactitude des points de contact existants pour la réception et la diffusion, en aval, des alertes au tsunami en provenance du centre national d’alerte aux tsunamis. Le Contact national pour PacWave11 désigné sera aussi chargé de coordonner l’apport à l’outil d’évaluation de l’exercice qui sera diffusé dans le cadre du Manuel de l’exercice Pacific Wave 2011.

Je vous saurai gré de bien vouloir communiquer, le 10 juin 2011 au plus tard, les détails concernant votre Contact national pour PacWave11 au secrétaire technique du GIC/PTWS par courrier électronique à l’adresse suivante : (b.aliaga@unesco.org, avec copie adressée à l.kong@unesco.org). Vous êtes aussi encouragés à diffuser, pour ampliation, des copies de la présente lettre aux organisations et autorités compétentes de votre pays.

Veuillez agréer l’assurance de ma considération distinguée.

[signature]

Wendy Watson-Wright
Sous-Directrice générale, UNESCO
Secrétaire exécutive de la COI

Pièces jointes :

Recommandation ICG/PTWS-XXIII.2 Exercices du PTWS 
Orientations concernant l’exercice Pacific Wave 2011

Pièce jointe I


Recommandation ICG/PTWS-XXIII.2
EXERCICES DU PTWS

 

Le Groupe intergouvernemental de coordination du Système d’alerte aux tsunamis et de mitigation dans le Pacifique,

Reconnaissant que le PTWS a besoin d’être testé et examiné périodiquement,

Comprenant que le fait de simuler des scénarios et de tirer des enseignements des exercices constitue un moyen efficace d’améliorer l’état de préparation,

Prenant acte des résultats préliminaires de l’exercice Pacific Wave 08 (PACWAVE08) – présentés à la vingt-troisième session du GIC/PTWS,

Se rendant compte que le déroulement en temps réel de PACWAVE08 a permis une meilleure visualisation de la propagation du tsunami, et que, de ce fait, des actions ont été entreprises, et

Notant que les pays participants ont diffusé l’information relative à l’exercice aux services d’urgence en vue d’actions immédiates, et

Notant que des problèmes de communication ont surgi lorsque, dans le cas de certains pays insulaires, il s’agissait d’atteindre leurs îles les plus éloignées,

Reconnaissant que l’exercice a été un bon véhicule pour donner une plus grande visibilité à la sensibilisation à l’état de préparation aux tsunamis,

Reconnaissant les enjeux permanents d’une plus grande efficacité de l’alerte rapide aux tsunamis et les possibilités qui s’offrent à cet égard, tels qu’ils ont été démontrés par PACWAVE08,

Recommande que l’on procède de bout en bout à un troisième exercice d’alerte au tsunami pendant le mois d’octobre 2010 ;

Encourage l’organisation d’exercices régionaux distincts qui prennent en compte les risques régionaux de tsunami ainsi que les enjeux et synergies régionaux en ce qui concerne l’état de préparation, l’alerte et la réponse aux tsunamis ;

Décide qu’une équipe spéciale sera constituée au titre du Groupe de travail 2, avec le mandat suivant:

(i)      examiner le rapport d’évaluation de PACWAVE08 ;

(ii)      déterminer les enseignements tirés et élaborer sur la base de l’évaluation de PACWAVE08, des recommandations, et les soumettre au Comité directeur du PTWS ;

(iii)     concevoir et mener, de bout en bout, un troisième exercice à l’échelle du Pacifique, dont les caractéristiques seront les suivantes :

…/…


 

(a)     l’exercice aura lieu de préférence au quatrième trimestre de 2010 ;

(b)     le scénario de l’exercice sera un tsunami de grande ampleur ayant son origine dans le Pacifique Centre-Sud (par exemple Tonga-Kermadec) venant s’ajouter, à titre complémentaire, aux scénarios précédents, à d’autres emplacements ;

(c)     la date de l’exercice sera arrêtée par l’Équipe spéciale, et l’exercice annoncé aux États membres au moins 180 jours avant cette date ;

(d)     le Manuel de l’exercice, y compris les instructions données aux États membres concernant leur participation et l’instrument d’évaluation, sera élaboré, avec un contenu et une structure analogues à ce qui avait été élaboré pour les deux précédents exercices à l’échelle du Pacifique, mais il sera tenu compte des leçons apprises et de toute nécessité de recueillir une information supplémentaire ;

(e)     le Manuel de l’exercice sera diffusé aux États membres au moins 90 jours avant la date de l’exercice ;

(f)      les États membres participants seront priés de remplir et de retourner l’instrument d’évaluation 90 jours au maximum après la fin de l’exercice ;

(g)     l’exercice se déroulera en temps réel ;

(h)     l’exercice sera considéré comme moyen de tester les nouveaux produits émanant des TWC internationaux, y compris les produits graphiques.


Pièce jointe II


Orientations concernant l’exercice Pacific Wave 2011

 

Objet et objectifs de l’exercice

 

L’exercice Pacific Wave (PacWave11) a pour objet d’améliorer la capacité d’alerte et de réponse aux tsunamis de source locale et régionale dans le Pacifique. Outre un certain nombre de sous-objectifs, il poursuit deux objectifs (voir annexe II) :

(i)                 Valider la compréhension et l’utilisation de nouveaux produits expérimentaux du PTWS :

§       Tirer parti des produits expérimentaux du PTWC, y compris les modèles de prévision et d’autres données d’information scientifique, et les évaluer aux fins d’une évaluation nationale du risque, faite en temps voulu ;

§       Valider le processus d’émission d’avis de tsunami par le PTWC et JMA/NWPTAC et le WC/ATWC ;

§       Valider le processus de réception des avis de tsunami par les Points focaux pour l’alerte aux tsunamis du PTWS.

(ii)                 Valider l’état de préparation des États membres, qui sont prêts à faire face à un tsunami de source locale/régionale :

§       Valider l’état de préparation opérationnelle de chaque centre national d’alerte aux tsunamis (NTWC) (ou fonction nationale analogue) et du Bureau national de gestion des catastrophes (NDMO) ;

§       Valider le fait que la diffusion par le NTWC d’alertes et d’information/avis aux organismes nationaux compétents et à la population est exacte et assurée en temps voulu ;

§       Valider le processus organisationnel de prise des décisions relatives aux alertes à la population et aux évacuations de population ;

§       Valider les méthodes utilisées pour mettre la population au courant et lui donner des instructions ;

§       Valider le temps écoulé jusqu’au moment où la population sera mise au courant et recevra les instructions/avis.

 

Produits expérimentaux

 

Par la recommandation ICG/PTWS-XXIII.1 est constituée une Équipe spéciale sur l’amélioration des produits d’alerte aux tsunamis au titre du Groupe de travail 2 (WG2, Détection, alerte et diffusion), chargée des tâches suivantes :

§      examiner les capacités du moment ;

§      obtenir des utilisateurs un retour d’information ;

§      déterminer les meilleures pratiques ;

§      élaborer des recommandations tendant à améliorer les produits existants ou à en créer de nouveaux ; et

§      améliorer la diffusion en vue d’une prestation plus efficace, plus fonctionnelle et davantage assurée en temps voulu.

 

À la réunion que l’Équipe spéciale a tenue le 1er mars 2011, le Directeur du PTWC a proposé de nouveaux produits en faisant fond sur ses capacités améliorées, à savoir sa vitesse de réponse et à son aptitude croissante à la prévision des effets, et le Groupe de travail 2 les a approuvés.

L’échange de vues s’est poursuivi à la réunion de coordination PTWC-JMA tenue du 11 au 13 avril, qui a débouché sur un accord portant sur les changements énoncés ci-après. Ces changements interviendraient pendant une période expérimentale qui commencerait avec PacWave11, et qui seraient prêts sur le plan opérationnel en 2013 (voir ICG/PTWS-XXIV, documents de travail destinés au rapport de l’Équipe spéciale) :

§     le PTWC abaissera à 7.1 le seuil initial de magnitude retenu pour l’avis d’alerte, lequel est actuellement fixé à 7.6, afin d’aménager, dans une certaine mesure, un préavis de tsunamis locaux potentiels ;

§     le PTWC commencera à utiliser les modèles de prévision de tsunamis pour établir un classement du niveau de menace pour des sections de la côte, sur le pourtour de l’océan Pacifique. Cinq niveaux de menace ou de menace potentielle de tsunami seront établis, et des produits complémentaires émis.

 

Si les capacités de prévision des modèles de prévision ne sont pas parfaites, les prévisions devraient néanmoins être d’une exactitude suffisante pour réduire sensiblement le nombre de zones faisant inutilement l’objet d’une alerte, tout en fournissant aussi aux zones qui sont menacées des orientations générales sur les niveaux d’impact attendus.

Déroulement de l’exercice à scénarios multiples

 

L’exercice Pacific Wave 2011 (PacWave11) simulera les pays du Pacifique qui sont positionnés dans une situation d’alerte au tsunami, et exigera des États membres qu’ils prennent les décisions et entreprennent les actions jusqu’au stade précédant immédiatement l’annonce à la population. Ces actions pourront se dérouler en temps réel pendant la période indiquée par les dates de l’exercice ou les jours qui suivront.

Dans chaque scénario, le tsunami simulé se propagera en temps réel à travers l’océan Pacifique. Un premier « Exercise Start Message » sera émis par le Centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique (PTWC), le Centre consultatif sur les tsunamis dans le Pacifique Nord-Ouest (NWPTAC), et le Centre d'alerte aux tsunamis de la côte Ouest et de l'Alaska (WC/ATWC). Les bulletins ultérieurs seront mis à disposition sur le site Internet PacWave11, et il en sera fait état dans le Manuel de l’exercice PacWave11.

Le Manuel de l’exercice PacWave11 sera diffusé en août. Il contiendra des détails complémentaires sur les scénarios ainsi que le texte de messages fictifs émis par le PTWC, le WC/ATWC et le NWPTAC, les « Exercise Start Messages ».

Un point clé : il n’est pas nécessaire de poursuivre l’exercice jusqu’au niveau de la population. L’exercice a plutôt pour objet de tester les lignes opérationnelles de communication à l’intérieur du PTWS sans perturber ni inquiéter les gens. Toutefois, les pays membres seront encouragés à tester et à évaluer la communication et la prise de décisions dans le cadre d’une situation d’alerte jusqu’au niveau précédant immédiatement l’annonce à la population, et à en rendre compte.

Malgré cela, vous noterez qu’il reste la possibilité de recourir à d’autres niveaux de communication, tels les systèmes de haut-parleur et les sirènes, et, au stade de l’évaluation de l’exercice, de fournir un retour d’information correspondant. Cette activité est considérée comme option.

Il conviendrait de veiller dûment à ne pas, par inadvertance, inquiéter la population, et une démarche prudente est recommandée.

 

Source : http://itic.ioc-unesco.org/

http://en.wikipedia.org/wiki/Emergency_Alert_System#cite_note-1

http://www.ioc-cd.org/index.php?option=com_oe&task=viewEventRecord&eventID=998

http://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Orion

http://fr.wikipedia.org/wiki/2005_YU55

 

Au même moment

L'astéroïde 2005 YU55 (également écrit 2005 YU55) a été découvert parRobert S. McMillan à l'observatoire de Kitt Peak, le 28 décembre 2005. C'est un objet potentiellement dangereux d'environ 400 mètres de diamètre.

En février 2010, il a été placé au niveau 1 de l'échelle de Turin. Le19 avril 2010, des mesures faites par le radiotélescope d'Arecibo a réduit l'incertitude des éléments de l'orbite de 50 pour-cents. Ces résultats éliminent la possibilité d'un impact avec la Terre dans les 100 ans qui viennent. Il a été retiré de la liste du système Sentry, le 22 avril 2010.

Le 8 novembre 2011 à 23h28 TU, cet astéroïde passera à environ 0,85 fois la distance lunaire, soit 0,00217 UA ou 325 000 km de la Terre. Quelques heures plus tard, le 9 novembre 2011 à 07h13 TU, il passera à 239 000 km (0,00160 UA) de la Lune. Avec une magnitude apparente de 11, il sera observable avec des jumelles ou autres instruments avec un objectif d'au moins 70 mm.

Le 19 janvier 2029 il passera à 280 000 km (0,0019 UA) de Vénus.

 

Voilà, le message est passé.

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 10:35

Qu’est-ce qui draine les lacs de l’Arctique ?

 

05102011_Arctic-1_300.jpgLes images bucoliques que l’on nous présente du Grand Nord consistent souvent en un survol d’une région abritant une myriade de lacs, grands et petits. Or ce cliché correspondrait de moins en moins à la réalité, d’après une étude récente parue dans Geophysical Research Letters. Mais allez savoir où s’en va toute cette eau.

Basés sur des images satellites prises de 2000 à 2009, ces travaux dirigés par le géologue Mark Carroll, de l’Université du Maryland à College Park, montrent que les lacs de l’Arctique canadien ont collectivement perdu pas moins de 6700 km<sup>2</sup> en superficie pendant la période étudiée. Et le plus étrange, lit-on dans ce compte-rendu du New Scientist, est que ces pertes sont surtout concentrée dans la partie la plus nordique du Canada, où les précipitations ont été plus abondante que d’habitude pendant les années 2000. En outre, des études précédentes avaient observé que c’étaient plutôt les lacs plus au sud qui rapetissaient, parce que la fonte du pergélisol permettaient à la terre d’absorber leur eau — fonte qui n’est pas survenue, du moins pas encore, à des latitudes plus élevées.

Le fait que les lacs qui reculent semblent être regroupés géographiquement suggère que des facteurs locaux jouent un rôle important, écrivent les auteurs, mais pour l’instant, pas moyen de savoir lesquels…

 

Source : cyberpresse.ca 

Repost 0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 21:11

e NOAA donne des instructions à ses employés concernant une éventuelle évacuation…

images.jpgLe National Oceanic And Atmospheric Administration a ajouté sur son site une note destinée à ses employés, leurs familles et leurs amis.  La page web précise que dans l’éventualité d’une évacuation vers un site alternatif, les employés sont invités à contacter le plus tôt possible le NOAA pour les aviser de la nouvelle relocalisation.  Un numéro de téléphone gratuit est à la disposition des employés pour cette utilité précise.  Des liens sont dirigés, dans la même page, vers des sites de préparation d’urgence.

 

 

Original

NOAA Employee Check In Service

 

Website Check-In: In addition to the toll-free number, employees and contractors can report their status via a website check-in system. The web based check in system should only be used by NOAA Employees or Contractors and is only monitored during an incident.

Toll-Free Call-In Number: ( 1-888-NOAA-911 or 1-888-662-2911): If you are directed or forced to evacuate your current location to an alternate site, please contact us as soon as possible to advise us that you are safe and with a means of contacting you. This toll free number can also be used by employees, their families, contractors and friends to report the whereabouts of another NOAA employee or contractor.

Information Website: 
 To provide employees and contractors with relevant information during an emergency, the following web pages,http://www.homelandsecurity.noaa.gov and http://www.wfm.noaa.gov will be updated on a continual basis to ensure employees and contractors are able to get the information they need in a timely manner.  


Need Help :  If you are experiencing unique situations and don’t know where to turn for help, please contact us at Employee.status@noaa.gov with your specific question or need.  While this e-mail address will generally not be staffed on a 24x7 basis, we promise to acknowledge your e-mail by the as soon as possible, and to address your emergency situation.

 

Source : NOAA

Repost 0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 21:06

Breaking News : le magnétomètre s'affole , fort séisme probable dans les 36 heures !

breaking news

 

magneto-serge.PNG

http://www.haarp.alaska.edu/cgi-bin/scmag/disp-scmag.cgi?date=latest&Bx=on

Repost 0