Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dailynuts-news
  • Dailynuts-news
  • : Presse libre et alternative.
  • Contact

Nuts

  • dailynuts-news
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. 
L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.

Recherche

13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 10:13

Un enregistrement clandestin prouve que les safaris humains continuent

 

L’enregistrement clandestin d’un tour-opérateur dans les îles Andaman proposant à un journaliste de soudoyer un policier avec une somme de 10 à 15 000 roupies (145 à 215 euros) prouve que les scandaleux safaris humains sont toujours pratiqués avec la complicité de la police locale.

L’enregistrement a été effectué le mois dernier par le journaliste britannique Gethin Chamberlain.


Enregistrement clandestin effectué par le journaliste britannique Gethin Chamberlain.

Interrogé sur le prix d’une excursion chez les Jarawa, le tour-opérateur basé à Port Blair a indiqué : ‘Pour le voyage, il faut compter… véhicule et le reste… de 25 à 30 000 roupies, quelque chose comme ça. Car la police demande entre 10 et 15. Plus le véhicule et quelques cadeaux aux tribaux comme… des fruits, des biscuits…’

Rattrapés par le scandale international que de telles révélations ont provoqué, les fonctionnaires de l’administration des îles ont prétendu que la vidéo récemment diffusée par The Observer apportant la preuve de l’implication de la police dans ces safaris humains avait été tournée il y a dix ans, bien avant que des mesures préventives n’aient été prises – mais ce nouvel enregistrement confirme qu’ils ont toujours lieu.

Survival International avait déjà dénoncé l’existence de ces safaris humains en 2010.

Réagissant à ces dernières révélations, le professeur Anvita Abbi, de l’université Jawaharlal Nehru, spécialiste des tribus des îles Andaman, a déclaré : ‘Cela s’est produit sous l’œil des autorités. Comment l’administration peut-elle prétendre ne pas en avoir eu connaissance?’

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Cet enregistrement apporte la preuve concrète que ces safaris humains continuent encore aujourd’hui. Et s’ils ont encore lieu, c’est uniquement à cause de la route ‘Andaman Trunk Road’ qui traverse la réserve des Jarawa. Dix ans après l’ordre de la Cour Suprême de fermer cette route, il est scandaleux que l’administration andamane ne l’ait pas encore fermée. Le gouvernement pourrait mettre un terme à ces safaris aujourd’hui – en fermant définitivement la route.’

Lire la transcription de l’enregistrement (en anglais), décembre 2011

Man: There is the, if you want, two procedure… one is, the illegal, you go on the… on the… way on the road Baratang, in the, in the vehicle four-wheeler. That time (if) the vehicle is less vehicle, traffic will be less, then easily you can meet and taking photograph (unclear).

If the traffic is more, back side also car, front also car, bus, then it’s not possible. ..(unclear) sit in the vehicle, go and come back from that place.

(Unclear… for easy one… now, not…) How many days you stay here?

Gethin: Three or four.

Man: Three or four days. Ah… visit in next time because we can arrangement with the police department. He taking some money. You can get duty on there.

Gethin: Is it safe? Am I going to get arrested? (laughs)

Man: No it’s a (unclear). No no not like that, we can safely… we can give the money safely. Because there that is the security man of that tribal.

Gethin: (noise – okay? Yeah?)

Man: You understand?

Gethin: Yeah.

Man: You can attach with that person, deal with that person, who are the… who will be the safeguard of tribal.

Gethin: Yeah.

Man: You can consult with them. You give… you take some money (loud car noise… unclear) give to the tribal…

Gethin: then?

Man: Then you ask, ask, 10,000 15,000 like that, money. That…

Gethin: It’s a lot of money.

Man: Then you can meeting, take your time, and come back.

Gethin: How long do you go for?

Man: You go early morning 4 o clock from this place and next day come back.

Gethin: How much (unclear)?

Man: For the trip, uh, vehicle and… all like (unclear) 25 to 30,000 like that. Because the policeman take 10 to 15 like that. And vehicle and some gift to the tribals also… like fruits, biscuits… you can take some gift items too.

Ecouter l'enregistrement

Source: Survival France

Des véhicules font la queue pour entrer dans la réserve des Jarawa le long de la route Andaman Trunk Road.
Des véhicules font la queue pour entrer dans la réserve des Jarawa le long de la route Andaman Trunk Road.
© G Chamberlain/ Survival
Repost 0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 07:27

20 à 30 tonnes de poissons morts retrouvés morts sur une plage de Norvège

 

poissons-norvege.jpg

 

Les habitants de Troms n'en croyaient pas leurs yeux, au matin du Nouvel An, une très grande quantité de harengs morts se sont échoués sur la plage, entre 10 et 20 tonnes précisent Northern Lights.

Troms est la neuvième 9ème plus grande métropole de Norvège. Cette ville a une particularité, elle est plus chaude que la plupart des autres endroits situés sur la même latitude, cela en raison de l'effet du réchauffement du Gulf Stream, qui provient de la de la Floride et traverse l'Atlantique pour atteindre les côtes européennes.

Diverses théories abondent à propos di carnage car il n'y a encore aucune certitude sur ce qui s'est exactement passé le long du chemin de randonnée tès prisé de la municipalité de Nordreisa.

Cependant, diverses théories ont été avancé, explique Jan-Petter Jorgensen, qui est tombé accompagné de son chien  sur la masse de harengs morts..

Les gens disent que quelque chose de semblable s'est passé dans les années 80, et il y a quelque spéculation entre autres sur la rivière qui se jette dans l'océan derrière un promontoire, non loin de la plage en question. 

Peut-être que les poissons ont été pêchés dans un environnement privéd'oxygène et seraient morts dans l'eau douce ?

Jorgensen estime que chaque poisson doit être de 100-150 grammes, et que le total pourrait être d'environ 20 tonnes.

Maintenant, l'homme s'inquiete de ce qui pourrait arriver si personne ne vient et enlever les carcasses. 

 

Joseph Kirchner pour WikiStrike

Source: Ufo et Nature, Dagbladet  , the extinction protocol

Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 21:38

 

Un super-volcan dort en Allemagne et montre des signes inquiétants de réveil

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000-copie-1.jpgC'est juste 628 km (390 miles) tapi loin sous le Laacher. Le lac près de Bonn est capable d'éjecter des milliards de tonnes de magma.

Ce monstre éclate tous les 10 à 12000 ans et le dernier a éclaté il y a 12900 années, de sorte qu'il pourrait sauter à tout moment.

Le volcan Laacher See est similaire en taille au Mont Pinatubo, qui a provoqué une chute des températures mondiales de 0.5°C quand il a éclaté en 1991.

Il a apporté sur 998 km (620 miles) carrés, de la cendre et des roches et plusieurs petits séismes dans la région l'année dernière indiquent que ce pourrait être l'éveil de son profond sommeil.

Les experts estiment que s'il ne s'éteint pas, cela pourrait conduire à une dévastation généralisée, les évacuations de masse et même à court terme, le refroidissement global par le nuage de cendres bloquant le soleil.

L'effet sur ​​le Royaume-Uni est difficile à prédire, mais il est possible que de grandes parties du sud de l'Angleterre pourraient être couverte de cendres.

On pense que le volcan est similaire en taille au Mont Pinatubo dans les Philippines, qui a éclaté en 1991 et est devenu la plus grande éruption du 20ème siècle.

Il a éjecté 10 milliards de tonnes de magma, 20 milliards de tonnes de dioxyde de soufre et 16 km cubes de cendres et a provoqué une chute des températures mondiales 0.5°C.

Les vulcanologues estiment que le volcan Laacher See est toujours actif en dioxyde de carbone et est en pleine effervescence à la surface du lac, ce qui indique que la chambre magmatique ci-dessous est en train de "dégazer".


 

 Daily Mail 

 

Fresh activity near a dormant 'super volcano' in Germany has left experts worried about a possible eruption. Britain's Daily Mail wrote the eruption from the 'monster' underneath Laacher See lake near Bonn, could eject billions of tons of magma which in turn could cause widespead devastation in Europe and even 'short-term global cooling'. The mountain last erupted 12,900 years ago. Volcanologists have estimated the mountain's size to be similar to that of Mount Pinatubo in the Philippines - responsible for the biggest ejection of the 20th century. Pinatubo threw up '10 billion tons of magma, 20 billion tons of sulphur dioxide 16 cubic kilometres of ash and caused a 0.5C drop in global temperatures'. Experts near the Laacher See site have detected carbon dioxide bubbles on the lake's surface and believe the mountain in Germany could be active again.

 

Source: RSOE EDIS

Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 21:32

Japon: Le volcan Sakurajima entre en éruption à nouveau le jour du Nouvel An

 

 

Source: Ufo et Nature
Repost 0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 12:20

Chili: un écrin de nature en Patagonie en proie à un violent incendie. Un israélien  arrêté


 

illustration-feu-de-foret_39108_w460.jpgSANTIAGO, 30 déc 2011 (AFP) Un écrin de nature dans le grand Sud chilien, un parc alliant glaciers et lacs andins, forêts et steppe de Patagonie, est depuis trois jours la proie d'un incendie qui a déjà détruit 11.000 hectares de végétation, soit 5% de sa superficie.

Le Parc national Torres del Paine, visité chaque année par plus de 100.000 personnes, a été fermé jeudi et le restera tout janvier, a annoncé vendredi le président Sebastian Piñera, après réunion d'une cellule de crise.

Les autorités ont déployé chaque jour un peu plus de renforts sur la zone: plus de 500 personnes devaient être à pied d'oeuvre samedi.

M. Piñera a évoqué une "situation extrêmement complexe", un incendie qui "ne se résoudra pas en quelques jours".

Parc_national_de_Torres_del_Paine.pngLe feu ronge une langue rocheuse accidentée, entre des sommets enneigés à 3.000 mètres d'altitude et un lac navigable. Un mélange de forêts, d'arbustes et de lande y fournit depuis mardi un combustible de choix.

"Nous sommes face à une situation extrêmement complexe, un scénario extrême, principalement en raison de la topographie, de vents violents et de l'état de la végétation, hautement inflammable", a expliqué Vicente Nuñez, directeur du Bureau national des urgences (Onemi).

La superficie brûlée représente moins de 5% du parc de 230.000 hectares, un des joyaux de la Patagonie à 3.000 km au sud de la capitale Santiago.

Ce site emblématique des amoureux de la nature, classé depuis 1978 réserve de biosphère par l'Unesco, est considéré par nombre de randonneurs comme l'un des plus beaux parcs d'Amérique du Sud.

Les rares images aériennes, depuis des hélicoptères de secours, laissaient surtout voir un vaste nuage de fumée, obstruant un décor somptueux de granits enneigé, de verdure et de lac turquoise.

L'incendie s'est déclaré mardi non loin d'un sentier de randonnée bordant le lac Grey, amenant le ministre de l'Intérieur Rodrigo Hinzpeter à évoquer "une cause humaine hautement probable, sans doute une négligence".

Après l'évacuation "préventive" mercredi de 20 touristes d'un refuge à deux km du foyer, ce sont au total 700 personnes qui ont été évacuées, entre touristes et personnel d'auberges.

 

Source: letemps.ch

 

 

Un jeune Israélien arrêté après l'incendie en Patagonie

© afp
Un jeune touriste israélien a été arrêté samedi au Chili, pour son rôle présumé, à la suite d'une négligence, dans le violent incendie qui a détruit 11.500 hectares depuis quatre jours dans un parc naturel de Patagonie, dans le sud du pays, a annoncé un procureur.
 
"Un citoyen israélien a été arrêté, en tant qu'auteur présumé d'une négligence" liée au sinistre qui s'est déclaré mardi dans le Parc national Torres del Paine, a déclaré le procureur de la région de Magellanes (sud) Juan Melendez, cité par des radios chiliennes, dont Radio cooperativa.
 
"A ce stade de l'enquête, il a été possible de déterminer la responsabilité présumée de cette personne" âgée de 23 ans, a ajouté le procureur sur Cooperativa, soulignant que le suspect devait être formellement placé sous mandat de dépôt.
 
Depuis l'incendie mardi, la police a pu identifier ou entendre 300 personnes qui se trouvaient dans le parc, "ce qui a permis d'avoir une idée précise des faits", a ajouté le procureur à la radio du Grand Sud chilien, Radio Natales.
 
La lutte contre un violent incendie depuis mardi dans le Parc Torres del Paine, situé à 3.000 km de Santiago, progressait samedi grâce à des conditions climatiques favorables, mais il faudra des jours avant de pouvoir le maîtriser, a déclaré le ministre de l'Intérieur, Rodrigo Hinzpeter.
 
La progression du feu, qui a détruit à peu près 5% de la superficie du parc, a été ralentie grâce à la pluie et des vents moins violents. (belga)
© reuters
Repost 0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 12:57

 

Fukushima : un journaliste-ouvrier a filmé le quotidien de la centrale

 

 

(Crédit photo : DR)
 
Un journaliste japonais a vécu pendant un mois avec des ouvriers de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et en a rapporté des images inédites. Selon lui, « aucun progrès n'a été réalisé » depuis la catastrophe.

Au cœur de Fukushima. C’est avec une mini caméra cachée que le journaliste japonais Tomohiko Suzuki a tourné des images dans la centrale nucléaire. Cet été, il avait réussi à être embauché par un sous-traitant comme ouvrier sur le site. Il vient de dévoiler sa vidéo.

Le premier constat est sans appel : « Aucun progrès n’a été réalisé », clame t-il. Selon lui, seuls des travaux de façades auraient été effectués. Il ajoute que les deux constructeurs, Toshiba et Hitachi, se font concurrence et se cachent des informations, empêchant d’avancer correctement. Sur place, le journaliste a constaté les problèmes : l’eau contaminée utilisée pour le refroidissement des réacteurs s’entasse dans des citernes, les coriums  des réacteurs 1, 2 et 3 ne seraient pas localisés et certains tuyaux utilisés dans l’urgence seraient de mauvaise qualité.

Les ouvriers dépassent le temps limite

Quand aux conditions de travail, elles seraient accablantes. Au moment de la catastrophe, dans la panique, les travailleurs ont été extrêmement exposés aux radiations. Le journaliste affirme d’ailleurs qu’il n’y a aucun moyen de retrouver les personnes qui étaient sur place en mars-avril. Les ouvriers dépassent le temps limite d’exposition pour pouvoir finir leur travail et certains ne prennent même pas avec eux leur dosimètre, petit appareil permettant de mesurer la dose radioactive reçue.

Les travailleurs, dont le nombre de malades n’est pas connu, s’évanouissent souvent. Enfin, selon Tomohiko Suzuki, les traitements donnés pour irradiation ne seraient pas suffisants.

Découvrez les images tournées en caméra cachée (les commentaires sont en japonais) :

Tomohiko Suzuki, qui vient de publier un livre intitulé Le pouvoir des Yakusas dans le nucléaire, révèle également que les Yakuzas , l’organisation criminelle sans doute la plus grande au monde, seraient très impliqués dans l’industrie nucléaire. Le journaliste estime en effet qu’au moins 10% des ouvriers seraient recrutés par leur biais, ce qui leur permettrait de récupérer une partie du salaire.

Lors de son faux job (manutention et travaux d’entretien) au cœur de la centrale, Tomohiko Suzuki a été payé entre 147 euros et 197 euros par jour, soit 735 euros à 985 euros par semaine de 5 jours. Les employés les mieux payés (aux postes plus qualifiés) peuvent gagner jusqu’à 10 000 euros par mois.

Regardez la conférence de presse pendant laquelle le journaliste a diffusé sa vidéo (1h42, avec traduction anglaise) ici .

Repost 0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 12:55

Une mousse mystérieuse engloutit une station balnéaire du  nord de l'Angleterre

 

sea-foam-cleveleys-near-b-007.jpg

 

30 décembre 2011 - ROYAUME-UNI

Une épaisse couche blanche s'est installée doucement sur ​​la ville balnéaire de Cleveleys près de Blackpool, mercredi, mais ce n'était pas une couche de neige saisonnière.

L'Agence de l'Environnement a dépêché des agents à la "Princess Promenade" pour rassembler des preuves sur les masses de mousse qui ont été soufflées dans les rues et ont englouti des voitures et des maisons.

La mousse est attisée par des vents forts ou 2 fois par an le front de mer de la ville disparaît, c'est ce qu'à rapporté un porte-parole de l'agence au quotidien  The Guardian .

Des tests en laboratoire sur des échantillons recueillis au cours des années précédentes n'ont pas trouvé de signes de pollution.

La décomposition de la matière algale est la principale suspecte. "La mousse semble être d'origine naturelle. Lorsque les marées et les vents se combinent et augmentent le taux de nécromasse des algues du fond de la mer, elles produisent cette mousse, ce qui est assez dramatique", a t-elle ajouté.

Les agents ont visité Cleveleys mercredi et jeudi à nouveau pour recueillir plus d'échantillons  et les analyser.

Les résultats des tests sont attendus  et confirmera ou non  la valeur  naturelle de la mousse et certfier si la cause ne serait pas des détergents jetés dans l'eau de mer ou autre pollution.

En étudiant la mousse, l'agence espère apprendre comment et pourquoi elle se forme et ainsi prédire quand la mousse sera de retour.

"Comprendre ala cause nous aiderait pour prévenir et aider les autorités locales impliquées dans les opérations de nettoyage", a t-elle ajouté.

 

Source: The Guardianthe extinction protocol

Repost 0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 18:30

Le séisme a atteint 9,5 sur Richter

 

Selon le ministre russe des situation d'urgence Sergueï Choïgou , le séisme d'abord annoncé de magnitude 6.6 qui a touché la Sibérie hier, aurait en fait atteint une magnitude de 9.5 sur l’échelle de Richter

Ce séisme a atteint une puissance record


Le tremblement de terre qui a secoué la Sibérie orientale mardi soir a établi un record de puissance, avec une magnitude s'élevant à 9,5 sur l'échelle de Richter, a annoncé le ministre russe des Situations d'urgence Sergueï Choïgou. 

"C'est pour la première fois qu'on observe un séisme d'une telle magnitude dans cette région", a déclaré le ministre, avant d'ajouter que les secouristes de l'antenne régionale du ministère étaient en état d'alerte. 

L'épicentre du tremblement de terre se trouvait à une profondeur d'environ 10 km, à 120 km à l'est de Kyzyl, capitale de la république russe de Touva. 

Selon des données provisoires, le séisme s'est produit sans faire de victimes ni causer de dégâts matériels. M.Choïgou a cependant mis en doute cette information, et a ordonné de créer des groupes chargés d'évaluer les conséquences du tremblement de terre.

 

La République de Touva compte plus de 317 000 habitants?


Source: Voix de la Russiei 


breaking newsLa mesure utilisée pour en arriver à un 9.5 n'est pas l'échelle de Richter, mais l'échelle Medvedev-Sponheuer-Karnik, aussi connue comme le MSK ou MSK-64.  Il s'agit d'une échelle d'intensité macrosismique utilisée pour évaluer la la gravité des secousses du sol sur la base des effets observés dans une zone de la survenance du séisme.


Sur ce lien, on voit que le séisme serait finalement de 9.5, voir 11:19 et 2:28, dont la première secousse serait de 6.7:

http://rt.com/news/line/2011-12-28/#id24163 

Un média local parle bien d'un séisme de 9.5:

http://www.kyivpost.com/news/russia/detail/119730/ 

Et pourtant, USGS ne rapporte qu'un 6.6???????????????? 

Disons qu'un séisme de 9.5 devrait faire les manchettes depuis les dernières heures...

 

exposure_small.png

 

Conscience du Peuple

Repost 0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 18:56

Alice (Greenpeace) : "On rentre comme dans du beurre dans les centrales nucléaires"(vidéo)

Neuf activistes de Greenpeace - six femmes et trois hommes âgés entre 22 et 60 ans - se sont introduits lundi matin dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine. Les écologistes en « mission commando » étaient montés sur le dôme du bâtiment de l’un des deux réacteurs sur lequel ils ont tenté de peindre le symbole danger.

 

affiche.jpgLes militants devront se présenter au tribunal correctionnel de Troyes le 20 janvier pour « violation de locaux professionnels » et « dégradation et destruction de biens d’utilité publique en réunion ». Ilsrisquent 3 ans de prison et 7500€ d’amende.

 

Ce matin, l’une des activistes, Alice, était l’invitée d’Yves Calvi sur RTL.

 

source : agoravox

Repost 0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 10:12

La sécurité nucléaire c'est burlesque 

Des parlementaires ont effectué deux visites impromptues dans des centrales nucléaires d’EDF et ont imposé des exercices de mise en sécurité des réacteurs, débouchant sur quelques surprises désagréables.



Il arrive que les parlementaires les plus sérieux se révèlent de sacrés farceurs. Prenez les députés et sénateurs de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) : ils n’ont rien trouvé de mieux à faire que d’organiser, dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, deux exercices d’alerte dans deux centrales nucléaires à la centrale de Paluel et dans celle du Blayais en Gironde. Et sans prévenir en plus. Une première bienvenue de la part des élus de la Nation, à l’ère post-Fukushima. 

Le récit de l’ « opération opéra » par le député UMP Claude Birraux, (président de l’Opesct) et le sénateur UMP Bruno Sido (vice-président) est pour le moins édifiant.

« DES SITUATIONS PARFOIS BURLESQUES »

Claude Birraux se présente à la centrale de Paluel (Seine-Maritime) vers 19 heures, en compagnie des responsables de l’autorité de « sûreté nucléaire ». Le directeur est sommé d’effectuer la simulation d’un incident majeur : la perte totale d’alimentation électrique du réacteur. Manque de chance, c'est le jour où le groupe électrogène alimenté au diesel est indisponible. 

En fait il faudra attendre 21h50 pour que l’exercice débute. Tout se déroule pour le mieux au départ. Les équipes supplémentaires arrivent sur le site en 25 minutes chrono. Puis elles trouvent, dans les documents de procédure d’EDF, une solution : puisque les diesels ne fonctionnent plus, ils faut alimenter en électricité le réacteur 1 en panne, grâce au réacteur 2 toujours en production. Une solution qualifiée d’ « exotique » par la nomenclature de l’exploitant. 

Mais au moment de passer aux actes, vers 23h30, catastrophe : la clé indispensable pour accéder au panneau d’alimentation électrique du réacteur électrique  se révèle « en commande », donc indisponible. 

A minuit, Claude Birraux raconte : « nous suivons l’équipe EDF sur le terrain. Nous arrivons dans un local électrique, mais les indications du document de procédure ne correspondent pas au panneau électrique du local. Il y a un doute : les clés sur le panneau sont-elles mal étiquetées, ou bien sommes-nous dans le mauvais local ? Le local non plus n’est pas numéroté, ce qui est relevé par l’ASN. Après plusieurs allers et retours, entre la tranche numéro 1 et la tranche numéro 2, l’énigme est résolue : toutes les premières instructions du document de procédure semblent en réalité inexactes. » 

On passe donc dans la tranche 3, où la signalétique semble mieux respectée… Mais à une heure du matin, « à nouveau le document EDF comporte des inexactitudes qui ne facilitent pas la tâche de l’équipe (…) A nouveau les personnels sont obligés de barrer plusieurs lignes du document. » 

A 1h30, « Nous mettons fin à l’exercice ». Ouf ! Conclusion : heureusement, « le personnel a su se poser les bonnes questions et n’est jamais resté bloqué dans des situations parfois burlesques ». Et heureusement aussi qu’il s’agissait d’un exercice théorique. La tranche 1 de Paluel n’a pas été mise à l’arrêt et donc les personnels ont travaillé avec de la lumière, comme en plein jour. « Imaginez la situation plongée dans le noir, obligé de travailler avec une lampe de poche dans une main, et les documents dans l’autre… », rappelle Claude Birraux. En situation réelle, le réacteur aurait vécu en situation critique pendant au moins de 3h30, refroidi à minima par l’ultime système de secours : des ailettes qui tournent avec la vapeur du réacteur, et permettent de le refroidir avec un filet d’eau...


« IMPRESSION MITIGÉE »

Au même moment, la centrale du Blayais en Gironde a mieux résisté à l’intrusion de l’Opecst. Il s’agissait de simuler une grosse tempête qui menace les sous-sols des réacteurs d’inondation, ce qui s’était produit en décembre 1999. Le sénateur Bruno Sido a constaté que depuis lors les digues de protection ont été relevées et complétées. Un seul incident relevé : deux capteurs de la hauteur d’eau donnent des indications différentes. Laquelle choisir pour arrêter le pompage de l’eau de refroidissement ? Au bout d’une demi-heure, on s’aperçoit alors que la réponse existe bien, mais pas dans le bon dossier… 

La mauvaise surprise, relative, pour les inspecteurs arrive lorsqu’ils accèdent au sous-sol. Bruno Sido en retire une « impression mitigée » : « Nous avons pu voir des fuites non identifiées non traitées, un repérage insuffisant des tuyauteries, dont certaines très corrodées, un plot en béton et des déchets divers traînant au sol… » 
  
« On ne va jamais dans les sous-sols lors des visites habituelles, c’est dommage », commente le sénateur. L’Opesc l’assure : il y a aura d’autres opérations « Opera » à l’avenir. Puisqu’il s’agit de se mettre à l’heure du post-Fukushima, nous préconisons la simulation simultanée de la perte de l’alimentation électrique et d’une invasion par les eaux, comme au Japon. Cela pourrait se révéler « burlesque », non ?

 

Source: Marianne2 

Repost 0