Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dailynuts-news
  • Dailynuts-news
  • : Presse libre et alternative.
  • Contact

Nuts

  • dailynuts-news
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. 
L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.

Recherche

10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 12:30

 

 

Un avenir sombre pour l’Euro et l’Europe

Hier, les marchés financiers européens ont particulièrement piqué du nez en apprenant la démission de l’Allemand Jürgen Stark, chef économiste de la Banque centrale européenne, pour « raisons personnelles ». Une formule qui sous-entend beaucoup de choses. L’Allemand a donné sa lettre de démission au Français J.-C. Trichet, illustrant le futur divorce entre l’Allemagne et la France en matière de gestion des attaques américaines contre le système bancaire européen, et surtout les dettes souveraines. Si de tels désaccords ont déjà lieu, que dire lorsque l’ancien agent de Goldman Sachs, très impliqué dans la fausse comptabilité de la Grèce, succèdera à J.-C. Trichet ? Jürgen Stark, docteur en économie, représentait l’orthodoxie monétaire à l’allemande.

 

 

En fait, Jürgen Stark occupait son poste (l’un des plus importants au sein du directoire de la BCE) depuis cinq longues années. Nommé juste avant le début de la crise des subprime, il ne pouvait consentir à assister les bras croisés aux mines posées par les banquiers centraux dans le système monétaire européen pour produire une belle catastrophe hyper inflationniste. N’oublions pas que les Allemands ont connu les années 20 et donc l’hyper inflation. Or ce que font les amis de Wall Street à la BCE, en rachetant les obligations publiques des Etats attaqués par la spéculation, nous mène à la catastrophe. On dit que Jürgen Stark bénéficie de soutien : comme Jens Weidmann (un autre Allemand), président de la banque centrale allemande tout de même ! Les Allemands en ont assez de l’incompétence des Français technocrates qui mettent en péril l’indépendance et les finances de la BCE.

La mascarade des G-VAIN peut toujours se poursuivre, on sait désormais que, dans les coulisses, il n’y a plus vraiment d’entente. Traduction : l’euro plonge et a brutalement enfoncé le point très important des 1.39 donné par Trader Noé… qui a parfaitement fonctionné.

Ce qui s’est passé hier, n’est pas un événement éphémère. Il s’inscrit dans le prolongement de l’épisode de février 2011, quand un autre Allemand, l’ex-président de la Bundesbank Axel Weber (pourtant pressenti pour diriger la BCE après Trichet), avait décidé de claquer la porte de la BCE en raison de son opposition à ce programme de rachats d’obligations. A l’époque, l’ancien patron qui a présidé le Crédit Lyonnais jusqu’à sa faillite, avait défendu son bilan bec et ongles. Il lui faudra recommencer son cinéma avec des Allemands, de plus en plus irrités… même si le gouvernement d’A. Merkel remplacera très probablement Jürgen Stark par un autre Allemand. L’heure n’est pas encore à la rupture définitive. Comme nous confiait un initié : « Tout est affaire de timing, mais pour nous les jeux sont faits ».

On appréciera le commentaire de Holger Schmieding, de Berenberg Bank : « La deuxième démission d’un Allemand de la BCE en six mois va alimenter le soupçon injustifié des marchés mondiaux que l’Allemagne pourrait finalement quitter l’union monétaire. Cela renforcera probablement les tensions sur ces marchés pendant quelque temps ».

Jean-Claude Trichet, qui sent de plus en plus la rancœur germanique à son encontre, a répondu après la démission de Jürgen Stark : « J’aimerais bien entendre des félicitations pour une institution qui a apporté pendant 13 ans la stabilité des prix à l’Allemagne », a-t-il ajouté à l’adresse de ses détracteurs germaniques ». « Nous prenons toutes nos décisions dans une indépendance absolue ». Pour « l’indépendance », on nous permettra d’en douter, surtout après les confidences que nous avions personnellement obtenues d’Alan Greenspan, en 2004, lorsqu’il confiait en privé de dégager du papier, de se placer en métaux précieux, puis de quitter les Etats-Unis qui allaient sombrer dans « un immense chaos ». Alan Greenspan a reconnu appliquer une politique monétaire car il était l’employé du cartel bancaire. Monsieur Trichet nous assure de son indépendance. Voici ce que l’on écrivait à propos de sa nomination à la BCE :

La mise en examen de Jean-Claude Trichet (il sera relaxé Ndlr) pour « diffusion de fausses informations au marché, présentation et publication de comptes sociaux inexacts » est symptomatique de la « corruption » du secteur bancaire français par les hommes de l’Etat. Il doit être clair qu’au-delà du rôle de quelques hauts fonctionnaires dans les artifices comptables pour cacher les pertes de la « plus grande banque européenne », c’est l’Etat-actionnaire et gestionnaire et le système d’entreprises publiques qui devraient se retrouver au « banc des accusés ». Les faits reprochés dans le cadre de l’enquête sur les comptes du Crédit Lyonnais en 1992 et 1993 à Jean-Claude Trichet, actuel gouverneur de la Banque de France, remontent à l’époque où il était directeur du Trésor. Après les plaintes en 1996 du Ministre des finances Jean Arthuis et d’Alain Géniteau (actionnaire minoritaire du Lyonnais) et les perquisitions à la Banque de France et au Trésor, le haut fonctionnaire est soupçonné d’avoir participé au « maquillage » du bilan du Crédit Lyonnais. (…) En effet, la mise en examen de Trichet, qui a été désigné comme le successeur de Wim Duisenberg à la tête de la Banque Centrale Européenne à la mi-2002, ne fait que rendre plus incertaine la gestion future de la monnaie unique et renforce la méfiance des opérateurs sur le marché des changes vis-à-vis de l’euro. L’affaire du Crédit Lyonnais n’aura contribué qu’un peu plus à sa chute spectaculaire. (Source)

Ces lignes sont prophétiques… Rappelons ce mot bien connu des dirigeants de sociétés secrètes : L’Ordre à partir du Chaos. On verra que le chaos qui se profile sera suivi d’un débat sur la justification d’une REFORME MONETAIRE MONDIALE, une OPERATION MAIN PROPRE sur le secteur bancaire. Il n’y a pas hasard dans tout cela. C’est un drame qui se solde par de plus en plus de misère humaine.

L.I.E.S.I

 

Le FMI pourrait manquer de fonds

 

Le personnel du Fonds monétaire international (FMI) s'inquiète d'une raréfaction des ressources du FMI si les conditions financières mondiales continuent de se détériorer et si un nombre croissant de pays se tourne vers l'établissement pour des prêts d'urgence.

Dans un mémo interne au FMI, dont Reuters a obtenu une copie, il est précisé que le FMI dispose de 390 milliards de dollars (286 milliards d'euros) qu'il pourrait aisément prêter sans mettre en péril son bilan. 

Ceci étant dit, dans le pire des scénarios, le personnel du FMI souligne que l'institution pourrait se retrouver dans une situation où elle devrait prêter 840 milliards de dollars. En juin dernier, cette somme avait été évaluée à 640 milliards de dollars. 

La nouvelle estimation reflète un accroissement des inquiétudes au sujet de l'économie mondiale, en raison notamment des difficultés éprouvée par l'Europe à juguler la crise de la dette. Dans le document, il est d'ailleurs précisé que les prochains rapports du FMI évoqueront une "augmentation sensible des risques pesant sur la stabilité financière.

Le Figaro

 

 

Comment les médias nous préparent à la faillite du système bancaire ?

BFM TV nous annonce gaiement que la Société Géniale a perdu presque 90% de sa valeur depuis 2006. L'action est passée de 140 à 17 € ! Remarquez l'ironie du présentateur avec "une pensée émue" pour les clients qui se sont fait ruiner par la banque rouge et noire. 
Et quand une banque de premier plan commence à virer ses traders, c'est qu'il n'y a plus d'argent à investir ! 


Avis aux clients de la Société Générale, ceci n'est pas un exercice !
Comment allez-vous expliquer à vos proches que votre banquier est parti avec le trésor familial alors que tout le monde vous avait prévenu ? En commençant par faire le ménage chez vous et raccommoder vos chaussettes, il a fini par nettoyer vos comptes bancaires : voir mon article du 8 septembre, histoire de rire un bon coup !



Le Figaro parle de "marchés financiers au bord du précipice" avec un trader de chez CMC Markets qui précise que "cette fois-ci il ne s'agit pas de la faillite d'une ou de plusieurs banques mais de la faillite d'un ou plusieurs États, donc des problèmes d'une toute autre ampleur". 
En lisant entre les lignes, ce ne sont pas quelques banques qui se trouvent au bord de la faillite, mais tout un système au bord d'un cataclysme bancaire (A lire ici)


La déclaration de guerre des USA contre l'Europe 
Même Obama, prépare les américains à la banqueroute universelle en accusant les européens d'être les seuls responsables : à lire sur EduBourse . Je pense que Barack est désormais plus à droite que Marine avec de telles déclarations ! 

Je vais finir par croire qu'il a décidé de pointer ses missiles inter-continentaux sur l'Europe pour sauver sa carte Visa-Premium-No-Limit...


Les banques ruinées en Bourse n'ont plus de cash
Le 19 Août, LePoint.fr titrait que la capitalisation des 32 banques européennes est à peine supérieure à celle d'une seule entreprise spécialisée dans l'informatique. Celle de Steve Jobs !
"À la clôture de jeudi, Apple valait 339 milliards de dollars contre 356 milliards pour l'Euro Stoxx des valeurs bancaires de la zone euro" (a lire ici).
En bref, vous avez meilleur temps de placer vos économies dans un stock d'Ipads plutôt que de les laisser sur votre Livret A...

La Dépêche.fr ose annoncer : "Crise : on n'en sort pas" et que "si un état comme la Grèce fait faillite, nous vivrons de lourdes conséquences", "Les premières qui paieront la facture seront les banques".

Le plus intéressant est la réponse à la question : "Face à la baisse, comment peut-on rassurer les épargnants ?". 
Réponse de l'expert inconnu à Gil Bousquet: "La Bourse est un véhicule d'investissement dangereux. Il faut la laisser aux professionnels qui, déjà eux, ont du mal. L'épargnant doit savoir que les hausses et les baisses seront de plus en plus imprévisibles. Ceux qui arrivent à manœuvrer dans de telles eaux sont rares."
Je vous traduis la réponse de notre courageux expert : En résumé, 95% des épargnants vont se faire massacrer, même les banques se font piller par les traders. (A décrypter ici)

Et l'info du jour à 13h00: L'obligation grecque à 1 an est à .... 98%... de la faillite-domino (copie d'écran ci-dessous)




Vous avez encore du papier ?
Gold Up

L'inflation à venir




 

Nicolas Doze - Rumeur G7 l'inflation vers Weimar 2 !!!

Histoire de la République de Weimar : voir ci-dessous

Rumeur explosive concernant le G7 du week-end (10 et 11 septembre 2011) préparant un relâchement monétaire généralisé ! Traduisez un déclenchement généralisé des planches à billets vers une inflation à la Weimar 2, ou Weimar reloaded !

Si cette rumeur s'avère être vraie, c'est l'apocalypse financière ! 
Une inflation généralisée qui va ruiner tous les peuples ! Toutes ses folies pour payer des dettes, rembourser des banquiers vampires et pillards, faire des peuples des esclaves des banquiers de wall street ! "Ce sont des terroristes financiers" ! Dixit Max Keiser ! C'est une dictature mondiale !

Les politiques du G7 sont les marionnettes de wall street !

C'est le Titanic !
Reprenez une coupe de champagne et des petits fours, l'iceberg est une illusion ! La vérité c'est que le capitaine du Titanic est une taupe, elle ne voit rien à plus de 2 mètres, et en plus elle est sourde et têtue, elle ne veut rien entendre, garder le cap, garder le cap, le Titanic est incoulable, il n'y a pas d'iceberg ! Tout le monde connaît l'issus ! Celle du Titanic ou celle de Weimar ! C'est de la folie !

Youtube

 

La République de Weimar

La République de Weimar est le nom donné par les historiens au régime allemand en place de 1919 à 1933. Elle a été fondée à l'issue de la Première Guerre mondiale, consécutivement à la défaite de l'Empire allemand et de la Révolution de 1918, prenant le nom de la ville (Weimar) où l’Assemblée nationale constituante allemande rédigea la Constitution, adoptée le 31 juillet 1919.

 

Elle était une démocratie parlementaire dirigée par le président du Reich, et 

Partager cet article

Repost 0
Published by dailynuts-news - dans Economie - Finance
commenter cet article

commentaires