Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dailynuts-news
  • Dailynuts-news
  • : Presse libre et alternative.
  • Contact

Nuts

  • dailynuts-news
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. 
L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.

Recherche

3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 19:47

Taux sur le dette publique et CDS des pays européens

Taux sur la dette publique :



   Spread avec l'Allemagne sur le 10 ans :



   CDS sur le 5 ans :

CDS ?

Cela vient d’un certain Nostradamus, bonne lecture.

 

Beaucoup de gens me demandent ce qu’est un CDS, et bien je vais essayer de vous le dire de façon simple.

 

Il faut tout d’abord savoir que les banques d’affaire (JP Morgan, Goldman Sachs, BNP, etc…) sont, au fil des années, devenues de véritables établissements de jeu comme la française des jeux, le PMU ou les casino, et nous allons voir comment.

 

Les CDS c’est quoi ?

CDS veut dire « Contract Default Swap », ou « Contrat de permutation sur défaut ». Bon, soit, à première vue ça ne veut rien dire. Je vous rassure c’est fait exprès. En fait, un CDS est une sorte de contrat d’assurance. Le mieux pour comprendre est de vous citer un exemple.

Monsieur A a besoin de faire un crédit. Il va donc solliciter la banque B pour ce crédit. Mais la banque B sait que monsieur A a un emploi précaire et risque à un moment donné d’être licencié et de ne pas pouvoir payer, alors la banque B va chercher un organisme pour lui garantir ce prêt. Elle contacte alors l’assurance C pour lui demander d’assurer le crédit de monsieur A. L’assureur C accepte, ce qui revient à dire qu’il prend le risque de l’impaiement. Contre ça, il va bien sûr réclamer à la banque B une prime annuelle tant que tout le crédit de monsieur A n’aura pas été intégralement remboursé. Si monsieur A fait défaut, c’est à dire ne peut pas rembourser, l’assurance C devra verser d’un coup la totalité du crédit à la banque B.

Donc, à la base, il s’agit d’un contrat d’assurance tout ce qu’il y a de plus simple. Mais il y a des différences fondamentales avec un vrai contrat d’assurance.

La première c’est que l’assureur n’est pas obligé d’avoir les fonds en garanti, et n’importe qui peut dès lors être assureur. Bien entendu, le banquier n’est pas fou, il vérifiera que vos bien propres sont suffisants pour que vous le remboursiez.

En fait, c’est un système d’assurance qui fonctionne totalement en dehors de la législation sur l’assurance. Vous me direz que c’est illégal, et pourtant si, c’est légal et c’est pour ça que ça s’appelle CDS, à aucun moment vous voyez apparaître le mot « assurance ». D’ailleurs c’est tellement flou ce truc là que c’est enregistré en hors bilan, on ne sait jamais …..

 

Titrisation ….. titri quoi ????

Seulement voilà, comment faire si le prêt est une grosse somme, ou que l’on a plein de petits prêts, ça devient très rapidement compliqué à gérer. Alors notre banquier, jamais à cours d’imagination, va titriser. C’est à dire qu’il va rassembler tout ces prêts en un seul prêt « virtuel », et va le saucissonner en parts égales. Comme ça, le prix de chaque part étant moins élevé, il peut négocier avec le plus grand nombre. Si vous êtes l’assureur, je vous souhaite bien du plaisir, après une telle mayonnaise, de pouvoir évaluer le risque que vous prenez !

 

BNP en casino royal !

Je viens donc de vous dire que n’importe qui peut ainsi être assureur à la sauvette, et pourquoi pas le banquier lui-même. Donc les banquiers vont vous vendre des CDS, c’est à dire que vous remplissez le role d’assuré, et l’argent que vous versez pour acheter ces CDS est en fait la primes sur les crédits titrisés. Ainsi, si les emprunteurs ne font pas défaut, c’est tout bénef pour le banquier. Et c’est ainsi, que vous pouvez vous-même acheter des CDS pour garantir les prêts consentis par exemple à la grèce, même si vous n’y avez jamais mis les pieds et que vous n’avez aucun lien avec ce pays. Vous achetez un CDS en faisant le pari que la grèce ne remboursera pas le prêt. Si vous vous plantez, vous perdez le montant d’achat du CDS (vous avez payé une prime d’assurance pour rien). Mais si la grèce fait défaut, alors vous recevez le montant de la part tritisée du prêt.

En fait, si vous n’étudiez pas les prêts qui sont cachés sous ce CDS que vous achetez, vous faites un vrai pari. C’est comme si vous aviez acheté un billet de loto.

Toutefois, si vous êtes un très gros joueur comme la banque Goldman Sachs, vous avez les moyens de ne plus jouer au hasard, et c’est ce que je vais vous expliquer maintenant.

 

Goldman Sachs, la grosse maline ….

Vous comprenez maintenant, que tout dépend de l’évaluation du risque. Si le risque est faible voire nul, vous avez intérêt à être l’assureur, car vous recevrez la prime sans rien en contre partie, mais si le risque est très grand, vous avez bien sûr intérêt à être l’assuré pour toucher le gros lot.

Maintenant, l’idéal, c’est d’être l’assuré et de faire en sorte que l’événement arrive à coup sûr, Comme ça, contre une petite prime versée, vous recevez le gros capital.

C’est exactement ce qu’a fait la Goldman Sachs. Elle a trafiqué les comptes de la grèce, pour d’une part masquer sa situation difficile et d’autre part la faire rentrer dans les critères pour adhérer à l’union européenne.

Ainsi, les banques françaises ont été mises en confiance sur 2 plans. D’abord en se basant sur les comptes embellis de la grèce et aussi sur la croyance que l’euro apporterait la stabilité à tous les pays de l’union européenne.

Sur ce, les banques se sont senties en confiance et ont donc proposées des CDS à la vente (elles se plaçaient comme assureurs), et vous vous doutez que Goldman Sachs qui savait, par définition, que la grèce ferait tôt ou tard défaut, a acheté en quantité énorme des CDS, pour un montant bien supérieur à ce que la grèce doit à ces banques. Vous comprenez maintenant pourquoi nos chers banquiers pleurent toutes leurs larmes auprès des politiques pour éviter que la grèce fasse défaut.

Les CDS : baromètre des exigences du MARCHE

 

La question qui pourrait être maintenant posée est celle de savoir si la faillite de la Grèce sera ou non un événement de marché. Si tel est le cas, prévient Jacques Attali, la Grèce sera le prochain Lehman Brother et nous aurons une crise systémique.

 

Aujourd’hui, il est un sujet dont on ne parle pas et qui pourrait devenir l’une des principales informations financières, c’est celui des CDS ou credit default swaps. Ce sont les contrats d’assurance contre le défaut de paiement. Les contrats d’assurance contre le défaut de paiement sur la France et sur l’Italie atteignent des records en pleine incertitude sur la crise de la dette en zone euro. Un exemple : quand le CDS sur la France atteint 180 points de base, cela signifie qu’il faut débourser 180.000 dollars par an pour assurer 10 millions de dollars de dette d’Etat française à 5 ans. Or il est très difficile de trouver le cours de ces CDS sur la France depuis quelques jours. Les lecteurs qui obtiendront ces chiffres pourront les donner pour informer tout le monde !

 cds-allemagne-france1.gif

 

Bien évidemment, la chute des cours des valeurs bancaires ne signifie pas seulement que leurs actionnaires perdent de plus en plus d’argent ; cela veut aussi dire que leurs CDS grimpent aussi. Bref, la pression monte partout… mais nous organisons un GVAIN qui coûtera beaucoup d’argent et n’aboutira à RIEN.

 

On exigera toujours plus des Etats et de leurs populations. Les politiciens ajouteront plan de rigueur après plan de rigueur, les « forces de marchés » via les comptes numérotés pousseront toujours plus les CDS à la hausse et nous allons être asphyxiés. Nouvelle du jour, parmi tant d’autres, le gouvernement italien va proposer d’autres mesures d’austérité pour satisfaire la soif d’exigences des technocrates qui parlent au nom du MARCHE.

Source: LIESI

Pays 2 ans 5 ans 10 ans
Grèce
Portugal
Irlande
Espagne
Italie
Belgique
France
Allemagne
France Italie Espagne
Grèce Portugal
Irlande ? Espagne
Italie Belgique
France Allemagne

Partager cet article

Repost 0
Published by dailynuts-news - dans Economie - Finance
commenter cet article

commentaires