Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dailynuts-news
  • Dailynuts-news
  • : Presse libre et alternative.
  • Contact

Nuts

  • dailynuts-news
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. 
L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.

Recherche

1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 21:04

 

 

Des mensonges éhontés proférés par des “activistes des droits de l’Homme” ont mené à une brutalité inomable de la part de l’OTAN, ce qui a mis ultimement au pouvoir en Libye le représentant de BP, Shell et du Petroleum Institute sponsorisé par Total: Abdurahim El-Keib. Maintenant, ces mêmes intérêts finanço-industriels, au travers de leurs mêmes réseaux de propagande, de duplicité et de déception, sont en train de bâtir les fondations d’un même forfait en Syrie.

Il a été récemment révélé que le rapport du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU en ce qui concerne “les crimes syriens contre l’humanité” a été en fait co-écrit par Karen Koning AbuZayd, une directrice du think-tank américain privé de Washington: Middle East Policy Council, qui inclut des gens d’Exxon, des agents de la CIA, des représentants du gouvernement, de l’armée américaine et même le président de la chambre de commerce américano-qatarie, qui inclut aussi parmi ses membres: Al Jazeera, Chevron, Exxon, le fabriquant de munitions Raytheon (qui a fourni les munitions des salves d’ouverture de l’OTAN durant la guerre en Libye) et Boeing. Le conflit d’intérêts est tellement monumental qu’il n’est dépassé que par la frénésie d’acceptance des médias corporatistes de ce rapport et leur négligence complète de diffuser le fait de l’origine totalement compromise de ceux responsables de l’avoir écrit.

Le rapport de l’ONU lui-même (.pdf ici) ne contient pas de preuve vérifiable, mais plutôt des ouï-dires rapportés de Genève par de soi-disant “victimes”, “témoins” et “déserteurs”, mis en avant par des “personnes et organisations intéressées”. En d’autres termes, c’était une invitation ouverte pour les ennemis de la Syrie de dépeindre quelque image du gouvernement en place qui leur semblait bonne. Alors que des critiques clâment haut et fort que cela n’est dû qu’à une mauvais coopération du gouvernement syrien avec l’ONU, il est plus que probable que l’ONU elle-même est complice dans la fourniture à Wall Street et la city de Londres de l’opportunité de conquêtes militaires, comme elle l’a déjà fait avec l’Irak, la Côte d’Ivoire et plus récemment la Libye.

Comment commencer la guerre

Ainsi, c’est à travers ce prisme déformant que les appels à l’intervention militaire sont faits. Après avoir nié pendant des mois que l’opposition était armée, le think-tank du CFR financé par Wall Street admet ouvertement que non seulement les “manifestants” sont armés, mais qu’il y a aussi une armée de résistance de 15000 hommes. Le CFR dit que cette “Armée Libre de Syrie” demande des armes et du soutien aérien. Il a déjà été révélé que des armes passent librement les frontières syriennes de la part de soutiens étrangers, de manière plus spécifique, de la Turquie, du Liban, d’Israël et maintenant aussi loin que de la Libye. Le rapport du CFR explore ensuite les options à la disposition de l’OTAN pour faciliter le “changement de régime”, incluant l’utilisation de “systèmes de surveillance aériens, de facilitateurs logistiques, de gardiens de la paix, de drones armés, d’avions de combat, de troupes au sol et “d’armes de contrebande”.

Bien sûr, le nombre de déserteurs syriens est tout aussi sans fondement que le rapport de l’ONU sur les droits de l’Homme. Mais quoi qu’il en soit, le narratif même d’une grande force armée militante opérant depuis l’intérieur de la Syrie, contredit le narratif occidental qui dit que l’armée syrienne massacre de pauvres civils sans défense. Avec une armée de “15000 déserteurs” essayant de se saisir de la nation de force avec l’aide financière, d’armes et de soutien diplomatique depuis l’étranger, on peut trouver très difficile à croire que le gouvernement syrien perdrait son temps à “massacrer des civils innocents”. Tout comme ce fut le cas en Libye ou dans quelque pays où l’occident a tenté des “révolutions” ou les a réussi, la violence générée par l’occident est toujours une partie prédéterminée de l’équation, totalement planifiée en avance avec la violence subséquente bien cachée derrière des histoires de brutalité à sens unique dont la cible est immanquablement le régime en place.

Comme il est dit dans la rapport de la fondation privée Brookings Institution “Quel chemin veers la Perse ?”, l’inclusion d’un soutien armé secret pour les protestations soutenues par les Etats-Unis n’est pas qu’une option, mais une nécessité quand on pratique ce genre d’opérations au sein de nations qui ont des forces de sécurité compétentes.

Utiliser la force militaire pour assister des révolutions populaires pages 109-110 (page 122-123 dans le document en .pdf):

“En conséquence, si les Etats-Unis doivent réussir à déclancher une révolte contre un régime religieux, Washington devra considérer s’il voudra le faire avec une forme de soutien militaire afin de prévenir Téhéran d’écraser le mouvement… Cette condition veut dire qu’une révolution populaire en Iran ne semble pas être dans le moule des “révolutions de velours” qui peuvent se produire ailleurs. Le fait est que le régime iranien n’est pas près de vouloir partir gentillement et contrairement à bien des régimes de l’Europe de l’Est, il pourrait choisir de se battre à mort. Dans ces circonstances, s’il n’y a pas de soutien militaire extérieur aux révolutionnaires, ceux-ci ne failliront simplement pas, ils seront massacrés.

Ainsi, si les Etats-Unis veulent poursuivre cette politique, Washington devra prendre cette possibilité en considération. Ceci ajoute des requis très importants à la liste: soit la politique doit inclure des moyens d’affaiblir l’armée iranienne ou affaiblir la volonté des leaders du régime de faire appel à l’armée, ou alors les Etats-Unis devront être prêts à intervenir pour la battre.”

En plus de cette confession par la Brookings Institution, cette manière récurente de fournir ou de couvrir l’existence d’éléments armés déployés durant les phases initiales d’une révolution colorée a aussi été documentée en Libye, en Syrie et à Bangkok en Thaïlande en 2010. De la même manière qu’en Libye où des légions de rebelles armés d’Al Qaïda, fraîchement revenus d’avoir tué des troupes américaines et britanniques en Irak et en Afghanistan, furent masquées avec des histoires à dormir debout de jeunes manifestants de rue étant taillés en pièces par la mitraille des troupes de Kadhafi, la Syrie a elle aussi été minée par la violence de militants depuis le début des troubles plus tôt cette année. Dans l’édition du mois d’Avril de “Globalist War Machine Fixates on Syria”, les premiers rapports concernant les maintenant omniprésents tireurs embusqués qui terrorisent la Syrie, firent leur apparition. Il fut noté la similarité étonnante entre ces attaques de tireurs embusqués et le même type d’attaques effectuées au Yémen et l’année précédente en Thaïlande, des pays victimes de manœuvres de déstabilisations fomentées par l’occident.

Ce sera au travers d’une perpétuelle campagne de mensonge effectuée par les régimes marionnettes variés de l’occident et leur média hautement compromis que cette guerre débutera. Le régime actuel syrien sera dépeint comme un oppresseur des droits de l’Homme alors que des armes et un soutien logistique seront donnés à l’armée de mercenaires qui n’en finit pas de grandir et qui commettra toujours plus de provocations. A terme, alors que les “manœuvres légales” sont effectuées, cette armée de mercenaires obtiendra le soutien aérien et naval de l’OTAN, des forces spéciales de l’OTAN et potentiellement de troupes au sol, qui impliqueront bien sûr la Turquie, un membre de l’OTAN depuis 1952 et déjà bien engagée dans les affaires d’ingérence contre la Syrie.

Comment arrêter la guerre

Alors que la puissance qui est derrière cette machine de guerre qui broie la planète semble être monolithique et instoppable, la véritable source de son pouvoir se reflète dans notre miroir tous les jours. Nous, par les choix que nous faisons du comment nous passons notre temps, nous dépensons notre argent, nous focalisons notre attention, nous alimentons quotidiennement sa consommation destructrice de notre monde. Bien que les manifestations, les élections, et l’activisme sont importants, ce qui est absolument essentiel est de couper la machine de sa source de carburant. Ce qui veut dire pour nous de boycotter les grosses industries, les institutions et les personnalités qui la constituent au point de famine et de soumission. Nous devons travailler sans relâche à l’identification de ces industries, institutions et personnalités et exposer leurs forfaits au grand jour à travers les média alternatifs, les réduire à la banqueroute par le boycott et les remplacer totalement par des solutions locales dérivées à la fois de la tradition et de l’inovation technologique.

La plus grande des générations a dit “plus jamais” à la montée du fascisme dans les années 1930 et 1940 et pourtant, une fois de plus, nous sommes en train de contempler la montée de Wall Street et de la city de Londres vers des sommets écœurants de pouvoir et de bellicisme injustifiés. Faisons en sorte que cette génération disent “pas en notre nom” et réduise la bête à la soumission par la famine économique, de la même manière qu’elle l’a faite à tant de nations souveraines.

Article original en anglais : http://landdestroyer.blogspot.com/2011/11/syria-nato-genocide-approaches.html

Traduction : Résistance 71

Syrie: le génocide de l’OTAN approche

27979.jpgLe rapport de l’ONU sur la Syrie a été co-écrit par le directeur d’un think-tank privé américain


Tony Cartalucci est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  Articles de Tony Cartalucci publiés par Mondialisation.ca

 

 

 

UN Syria Report Co-Authored by Director of US Corporate Think-Tank 
by Tony Cartalucci


Blatant lies told by alleged "human rights activists" led to ignominious NATO-sanctioned brutality and ultimately brought BP, Shell, Total-sponsored Petroleum Institute representative, Abdurrahim el-Keib, into power in Libya. Now, these same corporate-financier interests, through their same networks of propaganda, duplicity and deception, are laying the ground work for a repeat performance in Syria.

It was just recently revealed that the UN Human Rights Council report regarding Syrian "crimes against humanity" was actually co-authored by Karen Koning AbuZayd, a director of the US Washington-based corporate think-tank, Middle East Policy Council, that includes Exxon men, CIA agents, US military and government representatives, and even the president of the US-Qatar Business Council, which includes amongst its membership, AlJazeera, Chevron, Exxon, munitions manufacturer Raytheon (who supplied the opening salvos during NATO's operations against Libya), and Boeing. The conflict of interest is so monumental it is only outdone by the corporate media's eager acceptance of the report and their complete negligence in airing the compromised backgrounds of those responsible for compiling it.

The UN report itself (.pdf) contained no verifiable evidence, but rather hearsay accounts recorded in Geneva by alleged "victims" "witnesses," and "defectors," put forth by "all interested persons and organizations." In other words, it was an open invitation for Syria's enemies to paint whatever image of the ruling government they pleased. While critics claim this is due to the Syrian government's lack of cooperation with the UN, it is more likely that the UN itself, with a proven track record of doing so in Iraq, the Ivory Coast, and most recently Libya, is merely complicit in providing "window dressing" for Wall Street and London's otherwise naked military conquests.

How to Start the War 

And it is through this purposefully distorted lens that calls for military intervention are being made. After months of denying the opposition was armed, the Wall Street-funded think-tankCouncil on Foreign Relations now openly claims that not only are the "protesters" armed, but there is a resistance army of "15,000." The CFR claims this "Free Syrian Army" is requesting weapons and air support. It has already been revealed that weapons are freely flowing over Syria's borders from foreign-supporters, most notably, Turkey, Lebanon, Israel, and now even as far as Libya. The CFR report then goes on to explore the options available to NATO for facilitating "regime change" including the use of "overhead surveillance assets, logistical enablers, peacekeepers, armed drones, combat aircraft, ground troops," and "smuggled weapons."

Of course the number of Syrian defectors are as baseless as the UN human rights report. However, even the claim of a large, armed militant force operating inside of Syria directly contradicts the West's concurrent narrative that Syria's military is running rampant over defenseless civilians. With an army of "15,000 defectors" attempting to seize the nation by force with the help of foreign money, weapons, and diplomatic support, one finds it difficult to believe the Syrian government would instead be spending its time "massacring civilians." Just as in Libya, or any number of nations where foreign-backed "revolutions" have been attempted or achieved, Western-enabled violence is always a predetermined part of the equation, fully provisioned ahead of time with the subsequent violence cloaked behind tales of one-sided brutality aimed at the targeted regime.

As mentioned in the corporate-funded Brookings Institution report "Which Path to Persia?" the inclusion of covert armed support for US-backed protests is not just an option, but a necessity when carrying out such operations within a nation possessing competent security forces.

Using Military Force to Assist Popular Revolutions, page 109-110 (page 122-123 of the PDF): "Consequently, if the United States ever succeeds in sparking a revolt against the clerical regime, Washington may have to consider whether to provide it with some form of military support to prevent Tehran from crushing it." "This requirement means that a popular revolution in Iran does not seem to fit the model of the “velvet revolutions” that occurred elsewhere. The point is that the Iranian regime may not be willing to go gently into that good night; instead, and unlike so many Eastern European regimes, it may choose to fight to the death. In those circumstances, if there is not external military assistance to the revolutionaries, they might not just fail but be massacred.

 

Consequently, if the United States is to pursue this policy, Washington must take this possibility into consideration. It adds some very important requirements to the list: either the policy must include ways to weaken the Iranian military or weaken the willingness of the regime’s leaders to call on the military, or else the United States must be ready to intervene to defeat it." 

In addition to this confession by the Brookings Institution, this pattern of providing for, or covering up the existence of, armed elements deployed during the opening phases of a color revolution has also been documented in LibyaSyria, and in Bangkok, Thailand in 2010. Just as in Libya where legions of Al Qaeda rebels armed by NATO and fresh back from killing US and British troops in Iraq and Afghanistan were initially covered up with tales of street protesting youth being cut down by Qaddafi's troops, Syria too has been plagued by violent militants since the unrest began earlier this year. In April's "Globalist War Machine Fixates on Syria," the first reports of the now ubiquitous snipers terrorizing Syria began to surface. Also noted was the similarity between these sniper attacks and concurrent attacks being carried out in Yemen, and the year before in Thailand - all victims of Western-backed destabilization.

It will be through a perpetual campaign of deceit waged by the West's various puppet regimes and their compromised corporate-media that this war will be started. The ruling regime in Syria will be portrayed as grotesque human rights offenders while covert arms and support are provided to a mercenary army of ever increasing size, committing ever greater provocations. In time, as the proper "international" legal maneuvers are performed, this mercenary army will be provided NATO air and naval support, NATO special forces, and potentially NATO ground troops - this of course includes Turkey, a NATO member since 1952 and already deeply involved in meddling in Syria's sovereign affairs.

How to Stop the War

While the power behind this war machine grinding up the planet seems monolithic and unstoppable, the very source of its power looks us back in the mirror everyday. We, through our choices of how we spend our time, money, and attention, are fueling daily its destructive consumption of our world. While protests, elections, and activism are important, what is absolutely essential is to entirely cut this machine off from its fuel. That is, for us to boycott the corporations, institutions, and personalities that constitute it to the point of starvation and submission. We must work ceaselessly to identify and expose who these corporations, institutions, and personalities are through the alternative media, boycott them out of business, and replace them entirely with local solutions derived from both tradition and technological innovation.

The Greatest Generation said "never again" to the rise of fascism in the 1930's and 1940's, yet here we are again watching the rise of Wall Street and London to sickening heights of unwarranted power and warmongering. Let this generation say, "not in our names" and starve this beast into submission, just as it has done to so many other sovereign nations.

 

Source

Partager cet article

Repost 0
Published by dailynuts-news - dans Guerre - Révoltes
commenter cet article

commentaires