Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dailynuts-news
  • Dailynuts-news
  • : Presse libre et alternative.
  • Contact

Nuts

  • dailynuts-news
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. 
L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.
  • Citoyen et troubadour - Virus de la paix et de la justice social. L'objectif de ce blog n'est pas de créer l'information. Il relai juste celles qui me semble intéressantes à votre compréhension du monde. Votre esprit critique sera votre arme.

Recherche

8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 02:01

 

La Deutsche Bank est-elle la banque la plus dangereuse du monde ?

 

deutsche-bank.jpgLors du sommet du G20 à Cannes, le Conseil de stabilité financière a publié une liste de 29 banques qui font peser un risque sur le système financier mondial. Le Financial Time Deutschland et Blommberg viennent de publier un graphique interactif qui démontre le niveau d’endettement de ces institutions.


Malgré la crise financière de 2008, et les résolutions évoquées lors des différents sommets qui ont suivi, et qui n’ont manifestement pas été prises en compte, ces banques universelles, qui regroupent la banque de dépôt, la banque commerciale et la banque d’investissement et une assurance, ont principalement fusionné entre elles pour devenir encore plus « too-big-to-fail », c’est-à-dire trop importantes pour qu’elles puissent, en cas de crise renouvelée, être laissée en faillite. En réalité elles ont fusionné entre elles avec les aides des gouvernements qui en 2009 et 2010 ont annoncés que « ces banques devaient réajuster leur taille pour être compétitives au niveau international et être prêtes pour sortir de la crise », alors que la sagesse aurait recommandé de les diviser en de plus petites unités non parentales et en des activités distinctes et totalement séparées. On parle en ce moment de l’exemple de la City de Londres qui « a déjà engagé les bonnes réformes ». Mais cette réforme ne s’appliquera qu’en 2019 et si les banques auront effectivement divisé leurs activités, celles-ci ne seront que des filiales qui resteront totalement dans le périmètre légal de la maison mère.

La Deutsche Bank en situation délicate

Etonnamment, c’est la Deutsche Bank qui se retrouve dans une situation particulièrement délicate, avec 2283 milliards d’euros engagés pour seulement 51,88 milliards, soit 2,27%, de fonds propres. A titre de comparaison le PIB de la Grèce représente 343 milliards d’euros.

S’il est difficile d’évaluer à quel niveau la Deutsche Bank est impactée par des positions toxiques, il est regrettable que depuis 2008, l’institution n’ait pas profité du carry trade international et européen et des trillions qui lui sont prêtés par les banques centrales à un taux voisin de zéro afin de consolider ses fonds propres. Selon Bloomberg, il ne serait pas surévalué d’estimer que la Deutsche Bank détient la moitié des dettes des PIIGS – Portugal, Irlande, Italie, Espagne, Grèce – ce qui indiquerait que sa value to market est négative et que le risque de faillite technique est important.

Un PDG à l’avant-garde du mondialisme

Josef Ackermann, le PDG de la Deutsche Bank, est un homme très influent et certains analystes prétendent même qu’il donne le ton au niveau des finances de la planète. Il est à noter que M. Ackermann est simultanément le président de l’Association des grandes banques et institutions financières mondiales (Institute of International Finance), le président de l’Association des banques allemandes (Bundesverbands deutscher Banken), membre du Comité d’organisation de la Conférence Bilderberg et membre de la Commission Trilatérale

Les banques françaises mauvaises élèves

BNP – Paribas, qui a acquis depuis 2008 avec les sauvetages gouvernementaux français et européens, une taille importante qui fait d’elle la seconde banque du monde pour sa somme bilanaire, est également en situation de grande fragilité, avec un bilan de 1926 milliards d’euros pour un fonds propre de 3,54%.

Le Crédit Agricole a un bilan de 1596 milliards d’euros avec 2,78% de fonds propres.

La Société Générale à une somme bilanaire de 1158 milliards d’euros et 3,57% de fonds propres, ce qui la place dans une situation particulièrement dangereuse puisque nous savons que depuis deux ans, cette banque a rapatrié en France 100 milliards de positions toxiques pourris illiquides et irrécouvrables.

Le risque de faillite en chaine de banques européennes est donc important, mais difficile à évaluer, car il aurait fallu pour cela que le G20 établisse également la liste des assurances systémiques qui ont émis les produits toxiques et pourris comme les CDS et celle de ceux qui en détiennent.

Julian Diesdorf, pour noetics.ch

Partager cet article

Repost 0
Published by dailynuts-news - dans Economie - Finance
commenter cet article

commentaires